Retour à la liste des billets

Jean Duhulquo, alias Jean Hirigoity dit Duhulquo

Le lien entre les Hirigoity, nos ancêtres directs et le Jean Duhulquo précédent  est établi dans un acte notarié passé devant Me Béreau de Ciboure le 30 juin 1681(p194 du registre) par « Jean de hirigoity dit duhulquo marinier fils de la maison de Aciendabaita  de (Legarret) d’urrugne » .

L’acte est  difficile à déchiffrer de par son écriture : nous sommes au 17ème siècle sous le règne de Louis XIV.

« Ce jour huy trente (ième)  jour du mois de (juin)

mil six cent quatre vingt un __  midy dans la parroisse »

Il s’agit d’une cession d’une somme d’argent importante , 900 livres , dont le destinataire sera « Me Jean Duhulquo , notaire royal , sieur de la maison de Lissaritz du dit lieu d’Urrugne ,(...) cousin germain » du feu Jean de Hirigoity dit Duhulquo.

Il est fait allusion à un voyage du défunt  « il y a environ sept ans en la ville de Paris » de toute évidence pour régler l’affaire de la prise de l’Amitié de Corossol décrite ci-dessus et aussi d’un acte passé devant Me Demontreau  notaire à La Rochelle le 18 décembre 1673. Ce dernier acte a été trouvé dans le dossier du jugement concernant "l’Amitié" de Corossol, aux archives départementales à La Rochelle, preuve que le Jean Duhulquo de l’affaire devant l’amirauté de La Rochelle et le Jean de Hirigoity dit Duhulquo de la maison Haciendabiata d’Urrugne ne sont qu’une seule et même personne.

Le défunt est dit « Jean de hirigoity dit duhulquo vivant mtrechirurgien et capitaine de navire décédé à la route des iles de l’amérique »

Il apparaît donc bien  

-que la mère du défunt était une « Duhulquo », d’où le nom «dit Duhulquo » et le cousin germain Jean Duhulquo, notaire royal.

-que la famille était fortunée : un cousin notaire royal, sieur de Lissaritz qui est une maison majeure d’Urrugne dont un quartier a gardé le nom encore aujourd’hui. Elle était aussi éduquée car le défunt savait écrire et signer.

 

-que le défunt a navigué au départ de La Rochelle et y faisait des affaires importantes.

-qu’il était non seulement capitaine de navires mais aussi Maître Chirurgien.

La sœur de Jean de Hirigoity (I), décédé à la route des iles, est notre ancêtre Marie Hirigoity (sosa 347) héritière d’aciendabaita qui épousera le 26 avril 1694 (image 582) Martin Camino. Elle est aussi la sœur cadette de l’autre Jean de Hirigoity (II) qui signera l’acte mentionné ci-dessus et qui est déclaré dans ce même acte « frère (unique) et légitime héritier »  

La sœur des Joannis Hirigoity dit Duhulco, Marie, épousera le 26 avril 1694 Martin Camino héritier d’Onabaita qui est aussi une maison importante d’Urrugne. Leurs témoins seront Pierre Camino prêtre et Jean Duhulquo notaire royal.

Le garçon aîné de ce couple, Jean, aura parmi ses fils Michel qui lui-même aura pour fille une autre Marie Camino ; celle-ci épousera Arnaud Balanqué 3, fils d’une famille d’armateurs et de capitaines de Bayonne et qui fut un important maire d’Urrugne durant la période agitée de la révolution 4. Cette Marie était la propriétaire d’Onabaita en 1780.

La fille aînée de Martin Camino, Marie, née en 1697 épousera Pierre Sallaberry  notre sosa 172 le 18 janvier 1729 (image 1197).

La deuxième fille de ce couple, Etiennette, épousera Jean Lafenêtre  capitaine de navire natif d’Urrugne.

Le quatrième enfant, Pierre, deviendra prêtre et pour subvenir à ses besoins « il a été jugé nécessaire que chaque prêtre eut un patrimoine suffisant pour éviter une misère ……qui diminuerait la vénération qui lui est due ». Pour cela son père lui attribuera la maison Pierresehailliabaita ainsi qu’une somme de  240 livres. En échange de quoi il pourra obtenir de l’évêque le titre clérical et le siège vacant  5.

Notes :

1 : Les baleiniers basques  par Thierry Du Pasquier , éd. SPM

2 : Référence du document : « Mélanges de Colbert »  168, f ° 142-153 et Microfilm MF 14402

3 : Contrat de Mariage du 23 01 1780 devant Me Detcherry notaire à Saint Jean de Luz.

4 : « Urrugne » éd Ekaina sous la direction de H. Lamant-Duhart p394.

5 : Patrimoine pour Jean Camino étudiant, devant Me Dhospital le 14 8 1735 à Urrugne.