Retour à la liste des billets

Joannis maire abbé d’Ascain

Ascain était au 18 ième siècle une paroisse entourée de forêts et, comme aujourd’hui, traversée par la Nivelle. Ces deux éléments ont donné naissance à une « industrie » du bateau et beaucoup de ses hommes sont devenus des charpentiers de navire réputés. Le rôle de ces hommes était  de construire des navires (ceux-ci étaient alors amenés jusqu’au port de Saint Jean de Luz Ciboure en descendant la Nivelle), mais plus encore, de réparer les navires durant leur navigation.

Quand le navire est à la mer, le charpentier surveille en permanence la coque, aveugle la moindre voie d’eau. Ceci est vrai sur un bateau qui va à la pêche (les campagnes durent  souvent plus de six mois) ou en course. Dans ce cas, la bataille si elle est violente (ce qui est assez rare), peut endommager la coque ou les mâts. Le charpentier de navire interviendra pour faire réparer ou même pour abattre le mât sans détériorer le reste du navire.

Sur les grands bateaux il y a plusieurs charpentiers. Par exemple sur un navire corsaire de 300 tonneaux et 200 hommes, il y aura un maître  charpentier qui aura le plus souvent rang d’officier (dit officier major) et plusieurs autres charpentiers qui seront sous-officiers. Le charpentier donnera aussi des instructions aux calfats en charge de l’étanchéité du navire au moyen d’étoupe et de goudron.

L’ancêtre Joannis Berindoague (sosa 732) est né vers 1676 à Ascain. Dans le « recensement des officiers mariniers et matelots du pays de Labourt de 1705 » (ref 15 P3 2, SHD Rochefort )  voici ce qui est indiqué :

« Ascain quartier de Haranea

Joannis de Berindoague, Sieur d’Archinenea, matelot et charpentier à 15 £, 30 ans  t M p Ch (taille moyenne poil châtain) Perruque,  joanna diratsabal sa femme »

Ses navigations y sont répertoriées jusqu’en 1720. On le trouve notamment en 1706 au service du Roi sur la Vénus.

Durant cette période, la guerre de succession d’Espagne divise l’Europe : les Bourbon de France et les Habsbourg d’Autriche revendiquent le trône d’Espagne.

La Vénus est une frégate de 200 tonneaux et 32 canons construite à Bayonne et basée à Port Louis près de Lorient. Elle participera par la suite à la prise de Saint John’s Harbour  de Terre Neuve. (1)

Après avoir quitté le service Joannis fera de nombreuses campagnes de pêche et en septembre 1708 il navigue sur le Grand Saint François de Ciboure.

A cette époque, c’est la pêche à la baleine qui prédomine.

Le Grand Saint François de Ciboure est une flûte de 200 tonneaux construite  pour Jean Perits de Haraneder, le plus important des Haraneder, célèbres armateurs de Saint Jean de Luz Ciboure. Il la fit construire à Ciboure « pour l’envoyer à la pêche des balaines sous le commandement de Sieur Adamé Dargaignarats ». (AD 64 Amirauté de Bayonne B 8716 f°46,image 94,11 avril 1708).

Sieur d’Archinenea du quartier Haranea d’Ascain, Joannis sera suffisamment respecté pour être élu jurat puis « maire-abbé » par les maîtres de maisons de cette paroisse en 1742 (acte du 1er février 1747 Me Dolhagaray, image 68). Il était donc élu par l’assemblée des maitres de maison (Etcheco jaunak) pour représenter la paroisse au Biltzar du Labourd à Ustaritz. Ce rôle correspond à celui d’un maire élu de nos jours. 

Il testera le 29 juillet 1753 devant Me Duhalde notaire royal à Ascain (image 141) et lèguera ses biens à son fils Joannis maître de Salaberria d’Ascain, à son autre fils Joannis Haura maître de Tambourignenea  et à sa petite fille Marie Chumé maîtresse  adventice d’Archainenea et Parissenea. Cette dernière était donc la fille du fils aîné Martin qui était décédé en 1745 et allait hériter de la maison mère.

Note :

1: il s’agit de la frégate  de 5 ème rang de 250 tonneaux  initialement équipée de 32 canons  (18 de 8 et 14 de 6)  construite à Bayonne en 1703-1706 par Antoine Tassy. Basée à Port-Louis, elle participa en janvier 1709 à la prise de Saint-John's Harbour à Terre-Neuve. Elle naviguait avec env. 150 hommes. Elle fut rayée en 1722 (extrait de « La marine de Louis XIV, nomenclature des vaisseaux du Roi Soleil de 1661 à 1715 par A Demerliac).