Retour à la liste des billets

Jean Duhulquo aux Antilles et à la côte de Guynée

On trouve plusieurs autres documents sur Jean de Hirigoity dit Duhulquo ( très probablement le "I") dans les archives de l’Amirauté de La Rochelle . Il signait systématiquemnent « Duhulquo »  comme par exemple sur le rôle d’équipage ci-dessous :


                                      Coppie du Rolle de mon équipage du navire

               Le St francois de la rochelle du port d’environ

               quatre vingt thonneaux pour le voyage des illes

               de l’amérique de la présante année 1675

                  Jean duhulquo d’Urrugne capitaine

Une série de documents de l’Amirauté de la Rochelle (B5674 n°208, 209, 210 et 211) donne des détails sur un voyage qu’il fit aux îles françaises de l’Amérique en 1675 : vérification du coffre de médicaments,  passeport pour naviguer, rôle d’équipage et liste des marchandises.

Il naviguait sur le St François, navire de 80 tonneaux, avec 16 hommes, chargé en denrées diverses :

                                    Facture des marchandises chargées dans le navire

                                    le St François , capitaine Jean Duhulquo pour les Iles

                                    françaises de l'Amérique

                                  Premièrement

      Vin                       quatre vingt barriq                                             

      Eau de vie            cent trente deux casta                                           

     farine                  huit barriques cent soixante cast__                                        

 

Ce navire était armé par de Jean de Bortuste armateur de La Rochelle originaire d’Urrugne (Bortustebaita existe encore de nos jours en face de la mairie) qui a affrété de nombreux bateaux pour la pêche à la baleine 1 ou pour le commerce.

Jean de Bortuste continue ses activités de marchand et armateur à La Rochelle. Fréquemment il s’associera avec Antoine Héron , agent royal du domaine d'occident2.

 Le 8 avril 1677 , A. Héron émet un document  (AD17, B 5676) :

 

« Nous, agent royal du domaine Royal d’occident, certifions à tous qu’il appartiendra  avoir délivré au Capne Jean du hulquo une permission  du Roy donnée …. le vingtième mars dernier pour aller avec le vaisseau L’ambuscade (sic !) négocier en guynée et aux Isles de l’amérique … » .

Le rôle d’équipage apparait dans ces documents, « Jean duhulquo d’urrougne en basque » en est le capitaine avec 27 hommes d’équipage essentiellement charentais hormis trois matelots basques de Saint Jean de Luz. Le pilote, Jossue Chailloleau, a emmené son neveu de 12 ans pour ce voyage. A cette époque , on apprenait à naviguer sur le tas. Le vaisseau est armé par Antoine  Héron et Jean de Bortuste.

Parmi les autres documents : la vérification du coffre de médicaments du chirurgien et « l’état des marchandises chargées sur le navire l’Embuscade pour le voyage de guynée à la traite des noirs ».

Le volume relativement faible des marchandises emportées est surprenant (essentiellement 30 barriques d’eau de vie, des barres de fer, ceci étant une "monnaie d'échange classique" pour la traite  en Afrique) ainsi que le petit nombre des membres d’équipage. Ceci laisse supposer  que le navire n’est pas extrêmement important en tonnage , probablement autour de 200 tonneaux (typiquement 50 marins pour un navire de 350 tonneaux).

L'Embuscade est revenue à La Rochelle car, dans deux actes datés de juin 1678, il est fait allusion à un litige entre le canonnier, le thonnelier et Jean Duhulquo.

Ceci semble être le premier voyage de Jean Du Hulquo à la côte de guinée puis aux iles de l’Amérique pour échanger sa « cargaison »  contre des denrées coloniales qui ont du être ramenées à La Rochelle. Ce voyage a probablement été  un succès car Jean du Hulquo repartira à la traite au moins une autre fois.

Ce voyage suivant est extrêmement  bien documenté dans "Voyage d'un voyage de  traite en Guinée , à Cayenne et aux Antilles fait par Jean Barbot en 1678-1679" qui se trouve au British Museum et qui est remarquablement  présenté et mis en valeur par G Debien, M Delafosse et G Thilmans dans le bulletin IFAN tome 40 n°2 Avril 1978.

Le périple de Hulgo ou Hulquo (c’est comme cela qu’il est souvent appelé dans ce document) débuta à Brest le 14 novembre 1678. Hulgo  fit ensuite escale au Havre et repartit le 2 décembre 1678 pour l'Afrique.

 Ceci est aussi attesté dans "l'état des navires appartenant à la compagnie du Sénégal" daté du 29 mai 1679 (AN  COL C 6 1).

La Compagnie du Sénégal 3 était une compagnie créée par Louis XIV en 1673 pour la traite négrière, soit pour fournir les Antilles françaises en esclaves, soit pour  alimenter les galères du Roi à Marseille .

La Marie est le plus gros des navires de cette compagnie pour cette période, 500 tonneaux et 40 canons.

le 8 janvier 1679 Hulgo est au large des côtes d'Afrique, rencontre Barbot et monte sur son navire, le Soleil d'Afrique pour parler à ses marins. (IFAN p294). Ce dernier navire n’était pas affrété par la Compagnie du Sénégal et une certaine animosité semble régner entre Barbot et Hulgo.

le 22 février 1679,  "la Marie" a déjà 200 esclaves.

le 21 mars 1679,  "la Marie" prend un navire danois , "Le jeune Tobie" , dans le golfe de Guinée et confie cette prise au sieur Laguiolle qui la ramena à Dieppe le 28 mars 1680.

Ce navire Danois fut déclaré de bonne prise par décision du conseil d'état du roi du 16  décembre 1680.(AN , E 1802). Il fut renommé le Conquis, et  sera désormais incorporé dans la flotte de la Compagnie du Sénégal sous le capitanat de Laguiolle (ref dans "Voyage de François de Paris", IFAN B 38).Il faut noter que  le Danemark était à l’époque une importante puissance coloniale en Afrique. et que la paix entre la France et  le Danemark fut signée à Fontainebleau le 2 sept 1679.

le 12 avril 1679 , contrat d'assurance , pour le navire " nommé La Marie... commandé par le capitaine Hulguo ou par tel autre capitaine ou maitre qui pourrait commander en sa place pour venir du Sénégal et de la côte d'Afrique à Marseille ou Havre de Grace avec pouvoir de toucher à Cadix  ou autre port d'Espagne pour y décharger le tout ou partie de ses nègres et marchandises....". Cette assurance porte sur le voyage de retour  et en marge il est écrit que le navire est arrivé. (AN Z1D 80). La prime est à 5 %, preuve que, selon les assureurs, les risques sont minimes.

Un précédent voyage de Hulgo est évoqué dans le récit de Barbot, mentionnant une embuscade sur les côtes d'Afrique l'année précédente (donc 1678), ( IFAN p 293)

Ceci est en accord avec sa navigation précédente pour Bortuste et Héron 4.

 La compagnie du Sénégal  subit beaucoup de pertes et dans un arrêt du 9 avril 1680, ces pertes sont  évoquées comme suit" les pertes qu'ils ont souffert depuis huit ou dix mois leur ont causé un préjudice inestimable. Ils ont perdu plus de deux mille nègres ,de ceux chargés aux côtes de Guinée  sur les vaisseaux nommés La Marie ......  commandés par les capitaines Hulquo .....". Ces pertes sur La Marie font elles allusion au voyage de novembre 1678 à avril 1679 ou bien à des pertes subies sur un voyage postérieur dans lequel  le sieur Hulgo aurait pu périr ?

Pour sûr,  le 30 juin 1681 (acte devant Me Bereau de Ciboure) Jean de Hirigoity dit Duhulquo est dit  "décédé à la route des iles de l'Amérique" .

Notes

1 : "les baleiniers basques", Thierry Du Pasquier, éditions SPM

2 : Ferme d'occident ou Domaine d'occident, qui concernait les colonies de la Nouvelle France et des Antilles, était l'une des cinq grosses fermes créées en 1674, qui succédèrent à la  Compagnie française des Indes Occidentales

3 : Voir livre "La compagnie du Sénégal" par Abdoulaye Ly, éditions Karthala.

Jean Baptiste Ducasse,  originaire du Sud Ouest  et qui devint  gouverneur de Saint Domingue et Lieutenant général des armées navales en 1707, est aussi  capitaine de cette compagnie sur le navire "L'entendu".

Un autre capitaine basque  a navigué pour cette même compagnie à la même période. Il s'agit de Pierre de Congerie qui partit à la cote de Guinée  en 1679 et en janvier 1681 pour le compte de la Compagnie du Sénégal (AD17 B 5679 et 5680). Pour le deuxième de ces voyages, le rôle d'équipage indique "Pierre Decongerie capitaine de Saint Jean de Luz, 30ans". Les Congerie , les Duhulquo et les Bortuste, tous d'Urrugne , sont des familles importantes d'Urrugne et souvent  leurs noms figurent ensemble dans des actes notariés.

4 : C’est clairement une erreur de Barbot ou une mauvaise transcription des auteurs de l’article puisqu’en fait l’Embuscade est le nom du navire de Duhulquo lors de son précédent voyage .

.